ACADEMIE REPAIR CAFE PARIS

Ateliers de réparations collaboratifs 

 

 

 

Electriques

rcb 12 ld1rcf 12 ld

  • La résistance chauffante R est un composant électrique qui lorsque alimenté par une tension entre ses deux bornes B1 et B2 est configuré pour générer de l'énergie thermique (chaleur)
  • La résistance chauffante R comprend un élément conducteur pouvant être noyé dans un corps Cr
  • Pour la tester précisément, on la retire du circuit électrique puis on vérifie au multimètre par un test de continuité avoir une valeur de résistance entre ses bornes B1 et B2 et qu'il n'y a pas de continuité entre chacune de ses bornes B1 et B2 et la masse (son corps Cr). Si une des bornes B1 ou B2 est en continuité avec la masse ou si la valeur de résistance est infini entre les bornes B1 et B2, on en déduit que la résistance chauffante est défaillante.
  • Pour la tester rapidement en circuit, on vérifie au multimètre sous tension avoir une tension alternative entre ses bornes B1 et B2 correspondant à sa tension de fonctionnement (ici 230V alternatif). Si la résistance chauffante et alimentée à la tension prévue mais ne chauffe pas, elle est défaillante. On peut également vérifier en circuit hors tension avoir une valeur de résistance non infinie entre les bornes B1 et B2.
  • Pour générer de la chaleur, la résistance chauffante R est noyée dans une gaine Ga qui l’isole électriquement du corps Cr métallique devant être chauffé (ici une bouilloire).
  • Un courant électrique circule dans la résistance chauffante R entre les bornes B1 et B2, la circulation de ce courant provoque l’échauffement de la résistance chauffante R.

  • Polarisation
    La résistance chauffante n'est pas polarisée donc peut être montée dans les deux sens.

 

resistances chauffantes 

rcb 11 ld1rcf 11 ld

  • Un cordon d'alimentation Co est un câble qui comprend plusieurs fils conducteurs rassemblés dans une même gaine. Le cordon d’alimentation comprend un fil dit « de phase » entre les bornes B1 et B1’, un fil dit « neutre » entre les bornes B2 et B2’ et peut comprendre un fil dit « de terre » entre les bornes B3 et B3’.
  • Le cordon d'alimentation Co comprend une gaine dans laquelle sont disposés les fils mentionnés ci-dessus.
  • Pour le tester précisément, on le retire du circuit électrique et on place le multimètre en mode mesure de continuité et on vérifie que le fil de phase est passant entre ses bornes B1 et B1’ (lorsqu'un fil est passant en test de continuité le multimètre délivre un signal sonore), on vérifie que le fil neutre est passant entre ses bornes B2 et B2' et que le fil de terre est passant entre ses bornes B3 et B3'. Si un des fils n'est pas passant entre ses bornes d'extrémité il est considéré comme défectueux.
  • Pour le tester rapidement en circuit, on vérifie hors tension avec un multimètre placé en mode mesure de continuité avoir une continuité entre les bornes B1, B1’, entre les bornes B2, B2’ et entre les bornes B3 et B3’.
  • Pour permettre au courant de circuler entre les bornes B1, B1’, les bornes B2, B2’ et les bornes B3, B3’, les bornes sont reliées entre elles aux moyen de fils en cuivre torsadés qui sont des éléments conducteurs, ces fils en cuivre sont entourés par une gaine Ga isolante.
  • Tout courant alimenté au niveau d’une borne B1, B2 ou B3 à une première extrémité du cordon d’alimentation Co, transite à travers un fil en cuivre torsadé pour parvenir à une borne associée B1’, B2’ et B3’ à l’extrémité opposée du cordon d’alimentation Co.

  • Polarisation
    Certains cordons d'alimentation notamment comprenant trois bornes sont  polarisés donc attention le sens de montage est unique pour ceux-ci. En particulier, les cordons avec prise USB peuvent comprendre quatre bornes, deux pour transmettre l’alimentation et les deux autres pour transmettre des signaux avec une tension électrique basse.

 

cordons alimentation 

rcb 7 ld1rcf 7 ld

  • Un interrupteur Sw est un composant mécanique qui permet d’ouvrir ou fermer un circuit électrique. Ainsi, il permet dans une première position « I » de mise en marche de fermer un contact entre deux bornes B1 et B2 (ou B1’ et B2’) et dans une deuxième position « O » d’arrêt d’ouvrir le contact entre les deux bornes B1 et B2 (ou B1’ et B2’).
  • L’interrupteur comprend un corps Cr sur lequel est monté mobile un élément mobile qui bascule entre la première position « I » et la deuxième position « O » (sur la photo ci-contre un appui sur l’interrupteur Sw met en contact les bornes B1 et B2 ainsi que les bornes B1’ et B2’)
  • Pour le tester précisément, on le dessoude du circuit électrique et on place un multimètre en mode mesure de continuité. Si le multimètre ne sonne pas lorsqu'on appui sur l’interrupteur Sw cela signifie qu’il n’y a pas de continuité de courant entre les bornes B1 et B2 lors de cet appui et donc que l’interrupteur Sw est défaillant
  • Pour le tester rapidement en circuit, hors tension on place un multimètre en mode mesure de continuité et on vérifie que l’interrupteur Sw passe de l’état passant à l’état bloquant entre ses bornes B1 et B2 lorsqu’on appuie sur le bouton Bt.
  • Pour permettre le contact entre les bornes B1 et B2 dans la première position « I », l’interrupteur Sw comprend par exemples des plaques qui relient ensemble les bornes B1 et B2 (ou B1’ et B2’) lorsqu’on appui sur le bouton Bt et qui se désengagent lorsqu’on appui une seconde fois sur le bouton Bt.
  • Initialement, le circuit électrique n’est pas alimenté car il n’y a pas de continuité entre les bornes B1 et B2. On appui sur le bouton Bt ce qui établit une continuité entre les bornes B1 et B2 et ainsi l’alimentation du circuit électrique.

  • Polarisation
    Certains interrupteurs comprenant plusieurs bornes sont spécifiques donc attention le sens de câblage est unique pour ceux-ci. Les interrupteurs à deux bornes ne sont pas polarisés. Dans les interrupteurs, à trois bornes, une des bornes peut être le point commun, les deux autres peuvent être équivalentes entre elles. Certains sont cependant des interrupteurs avec un point commun et plusieurs bornes équivalentes entre elles.

 

interrupteurs 

rcb 6 ld1rcf 6 ld

  • Le fusible thermique Fth est un composant de sécurité qui se rompt lorsque des paramètres (de température, tension ou d’ampérage) dépassent une valeur seuil. Il est souvent placé dans une gaine Ga qui l’isole électriquement.
  • Par exemple dans le cas exposé ci-contre, comme indiqué sur le corps du fusible thermique Fth, celui-ci est configuré pour se rompre pour une température qui dépasse 240°C ou un ampérage de 10A à 230V soit une puissance qui dépasse 2300W. Ainsi, si la valeur seuil d’un de ces deux paramètres est dépassée, le fusible thermique Fth se rompt.
    NB : pour le remplacer il faut sertir ses bornes d’extrémité B1 et B2 mais pas souder car la température de soudure va le rompre.
  • Pour le tester précisément, on le dessoude du circuit électrique et on place un multimètre en mode mesure de continuité entre ses bornes B1 et B2. Si le multimètre ne sonne pas et n’indique pas une valeur de résistance entre les bornes B1 et B2 cela indique qu’il est rompu (par exemple si l’appareil dans lequel il est situé a anormalement chauffé). Dans ce cas, il faut remplacer le fusible thermique.
  • Pour le tester rapidement en circuit, on réalise hors tension un test de résistance entre les bornes B1 et B2 et on vérifie ne pas avoir de résistance infinie entre ces deux bornes.
  • Pour permettre de se rompre lors du dépassement d’une des valeurs seuils, le fusible thermique Fth comprend un matériau et une structure interne lui permettant de se rompre à ces seuils.
  • Lorsqu’un des paramètres du fusible thermique Fth est dépassé entre les bornes B1 et B2 du fusible thermique Fth, celui-ci se rompt ce qui induit une perte de continuité entre les bornes B1 et B2 et généralement la mise hors tension du circuit électrique dans lequel le fusible thermique Fth est disposé

  • Polarisation
    Le fusible thermique n'est pas polarisé donc peut être monté dans les  deux sens 

 

fusibles thermiques2