ACADEMIE REPAIR CAFE PARIS

Ateliers de réparations collaboratifs 

 

 

 

Electroniques

rcb 23 ld2rcf 23 ld1

  • Le transistor NPN est un composant (de type semi-conducteur) qui est configuré pour recevoir un courant de commande au niveau de sa borne dite « base » B afin de piloter un courant de sortie (pouvant être fortement amplifié vis-à-vis de ce courant de commande) au niveau de sa borne dite « émetteur » E. Le transistor NPN est un composant qui amplifie (par cent par exemple) le courant présent dans sa jonction « base-émetteur » BE en courant de sortie dans sa jonction « collecteur-émetteur » CE.
  • Le transistor comprend trois bornes B1, B2, B3, dont parmi ces trois bornes un « collecteur » C, la « base » B et l’« émetteur » E. La disposition de ces bornes dépend de son architecture (voir les indications sur le corps du transistor pour retrouver sa fiche technique).
  • Pour le tester précisément, on le dessoude du circuit électrique, on recherche sa fiche technique sur internet à partir des inscriptions sur son corps puis on vérifie hors tension avec un LCR-mètre d'une part, en branchant les bornes B1, B2 et B3 sur les ports 1, 2 et 3 avoir une architecture de transistor NPN avec deux diodes et d'autre part, que les caractéristiques affichées par le LCR-mètre sont conformes à la fiche technique.
    Sans LCR-mètre, on peut tester le transistor NPN au multimètre.
  • Pour cela, on le dessoude du circuit électrique, on place le multimètre en mode test de continuité puis on place la borne VAC sur la borne B1. On place la borne COM sur chacune des borne B2 puis B3, si on obtient dans ces deux positions la même valeur (non infini « 1 »), la borne B1 est la « base » et le transistor est de type NPN. On réalise, deux autres tests en plaçant la borne COM sur la borne B2 puis sur la borne B3. Si aucun des trois tests n’est concluant le transistor est défectueux ou de type PNP.
  • Pour le tester rapidement en circuit, on vérifie au multimètre hors tension qu’il n’est pas passant avec une résistance nulle dans les deux sens entre E, B, entre B, C et entre E, C.
  • Pour permettre au courant de passer du collecteur C vers l’émetteur E lorsqu’un courant passe de la base B vers l'émetteur E, le transistor NPN comprend deux diodes (jonction PN) formées par trois couches dopées (N-P-N), ces deux diodes étant agencées en sens inverses.
  • Lorsque la batterie Bat1 alimente la base B, le courant circule au niveau de l’émetteur E et permet à la lampe Lp1 de s’allumer. La circulation du courant entre la base B et l’émetteur E permet au courant issu de la batterie Bat 2 de circuler du collecteur C à l’émetteur E de sorte que la lampe Lp2 peut s’allumer avec un courant plus fort (par exemple cent fois plus fort) que celui qui circule dans Lp1.
    NB : Quand la jonction Base-Emetteur est passante sa tension est proche de celle d'une diode soit 0.6 V.

  • Polarisation
    Le transistor bipolaire comprend trois bornes (la base, l’émetteur et le collecteur). Attention donc au sens de montage.

 

 transistors bipolaires

rcb 22 ld2rcf 22 ld1

  • Le transistor PNP est un composant (de type semi-conducteur) qui est configuré pour recevoir un courant de commande au niveau de sa borne dite « base » B afin de piloter un courant de sortie (pouvant être fortement amplifié vis-à-vis de ce courant de commande) au niveau de sa borne dite « émetteur » E. Le transistor NPN est un composant qui amplifie (par cent par exemple) le courant présent dans sa jonction « base-émetteur » BE en courant de sortie dans sa jonction « collecteur-émetteur » CE.
  • Le transistor comprend trois bornes B1, B2, B3, dont parmi ces trois bornes un « collecteur » C, la « base » B et l’« émetteur » E. La disposition de ces bornes dépend de son architecture (voir les indications sur le corps du transistor pour retrouver sa fiche technique).
  • Pour le tester précisément, on le dessoude du circuit électrique, on recherche sa fiche technique sur internet à partir des inscriptions sur son corps puis on vérifie hors tension avec un LCR-mètre d'une part, en branchant les bornes B1, B2 et B3 sur les ports 1, 2 et 3 avoir une architecture de transistor PNP avec deux diodes et d'autre part, que les caractéristiques affichées par le LCR-mètre sont conformes à la fiche technique.
    Sans LCR-mètre, on peut tester le transistor PNP au multimètre.
  • Pour cela, on le dessoude du circuit électrique, on place le multimètre en mode test de continuité puis on place la borne COM sur la borne B1. On place la borne VAC sur chacune des autres bornes B2 puis B3, si on obtient dans ces deux positions la même valeur (non infini « 1 »), la borne B1 est la « base » et le transistor est de type PNP. On réalise, deux autres tests en plaçant la borne COM sur la borne B2 puis sur la borne B3. Si aucun des trois tests n’est concluant le transistor est défectueux ou de type NPN.
  • Pour le tester rapidement en circuit, on vérifie au multimètre hors tension qu’il n’est pas passant avec une résistance nulle dans les deux sens entre E, B, entre B, C et entre E, C.
  • Pour permettre au courant de passer de l’émetteur E vers le collecteur C lorsqu’un courant passe de l'émetteur E vers la base B, le transistor PNP comprend deux diodes (jonction PN) formées par trois couches dopées (P-N-P), ces deux diodes étant agencées en sens inverses.
  • Lorsque la batterie Bat1 alimente l’émetteur E, le courant circule au niveau de la base B et permet à la lampe Lp1 de s’allumer. La circulation du courant entre l’émetteur E et la base B permet au courant issu de la batterie Bat 2 de circuler de l’émetteur E au collecteur C de sorte que la lampe Lp2 peut s’allumer avec un courant plus fort (par exemple cent fois plus fort) que celui qui circule dans Lp1.
    NB : Quand la jonction Base-Emetteur est passante sa tension est proche de celle d'une diode soit 0.6 V.

  • Polarisation
    Le transistor bipolaire comprend trois bornes (la base, l’émetteur et le collecteur). Attention donc au sens de montage.

 

 transistors bipolaires

rcb 3 ld2rcf 3 ld1

  • La diode permet au courant électrique de passer dans un sens (de B1 vers B2, c’est-à-dire de l’anode vers la cathode) et bloque le courant électrique dans l'autre sens.
  • La diode comprend un corps Cr qui présente généralement une bande qui permet de situer la cathode 
  • Pour la tester précisément, on la dessoude du circuit électrique, on relie ses bornes B1 et B2 respectivement aux bornes 1 et 2 d’un LCR-mètre et on appui sur le bouton Bt. On vérifie que le LCR-mètre présente à l’écran une architecture de diode. NB : on vérifie aussi que les caractéristiques fournies par le LCR-mètre correspondent à la fiche technique de la diode. On peut également la tester au multimètre. Pour cela on la dessoude du circuit électrique dans lequel elle est située, on place le multimètre en mode test de diode. Une diode est considérée comme défaillante si elle n'est pas passante dans le sens prévu ou si elle n'est pas bloquante dans le sens prévu.
  • Pour la tester rapidement en circuit, au multimètre, on vérifie hors tension qu’elle ne présente pas entre ses bornes B1 et B2, dans les deux sens de mesure, une valeur de résistance infinie ou nulle
  • Pour permettre au courant électrique de passer dans un sens et pas dans l'autre, la diode comprend un matériau semi conducteur (matériau ayant une résistance à la conduction du courant comprise entre un matériau isolant et un matériau conducteur) avec insérés dans une première zone des atomes de type P et dans une deuxième zone des atomes de type N (on parle de dopage). Les zones à atomes de type P et N étant agencées l’une à la suite de l’autre et induisant une faible résistance dans un sens (sens P vers N) et une forte résistance dans le sens opposé (sens N vers P).
  • Lorsqu’on ferme Sw1 et ouvre Sw2, le courant circule de la borne B1 vers la borne B2 et allume la lampe Lp mais lorsqu’on ferme Sw2 et ouvre Sw1 le courant ne circule pas de la borne B2 vers la borne B1 pour allumer la lampe Lp

  • Polarisation
    La diode est polarisée (pas la même résistance au courant dans les deux sens) donc attention le sens de montage est unique. La cathode est généralement repérée par une bague.

 

diodes 

Page 3 sur 3